Logo-smart-joyeux-voyageurs

Découvrir Budapest

J’ai kidnappé ma mamie ! Pour ces quelques jours à Budapest, j’ai embarqué ma mamie pour un séjour entre filles. On ne l’avait jamais fait, elle n’était pas repartie depuis le Covid et c’était une surprise. Elle était très étonnée et émue lorsque je le lui ai annoncé! On ne connaissait rien de cette destination et on a été charmés, on vous amène!

Sommaire : Découvrir Budapest

Préparatifs

Info Covid

Au moment où nous y sommes allées, en novembre 2021, il était  nécessaire de présenter un certificat Covid (vaccination complète ou test négatif de moins de 72h) pour les voyageurs en provenance de l’UE, mais pas de tests supplémentaires.

Il est toujours nécessaire de se rapporter au site officiel du gouvernement pour avoir les dernières infos. 

Comment aller à Budapest?

Je dois admettre que j’ai été faible face aux publicités de Ryanair. Il y avait une promotion sur ce vol qui rendait les prix on ne peut plus attractifs. Encore une fois, l’avion n’est pas le meilleur moyen de transport en terme d’écologie… mais il faut avouer qu’on craque sur ce point là. 

On est parti de Toulouse à 13h30 pour arriver à 16h à Budapest. Nous n’avions que la fin d’après midi sur cette première journée, mais l’avion retour était à 20h donc on a pu profiter totalement de la dernière journée. On a payé nos billets aller/retour 80 euros pour 2 personnes, sachant que la moitié du budget transport était en fait le supplément bagage de Ryanair qui nous a coûté 40 euros. Il faut y faire attention avec cette compagnie : le « bagage cabine » inclus est en fait un tout petit sac (40 cm / 25cm/ 20 cm). Il faut alors prendre un supplément pour un plus grand bagage. On a pour habitude de ne payer qu’un seul supplément et de faire un sac pour deux (pas de petites économies!). 

Arrivées à Budapest, pour rejoindre le centre depuis l’aéroport c’est super simple. Vous devez juste sortir de l’aéroport et sur la droite vous trouverez des bornes pour acheter votre ticket de bus. Vous pouvez prendre le bus 100E qui va au centre, nous nous sommes arrêtées à Astoria pour récupérer les clés de notre Airbnb mais d’autres arrêts existent. 

Attention : sur les bornes pour le bus, vous pouvez aussi acheter vos tickets pour les autres moyens de transports de la ville (bus, métro, tram). Le trajet depuis ou vers l’aéroport n’est néanmoins pas inclus dans les billets de transports courants de la ville. Le prix n’est vraiment pas élevé pour ces transports et c’est même gratuit pour les plus de 65 ans! Comptez sinon 900 forints (environ 2,50 euros) pour le trajet aéroport / centre, puis l’équivalent de 10 euros pour le carnet de 10 trajets. Vous trouverez le plan du métro ici, mais il est relativement facile de s’orienter et se déplacer à Budapest avec les différents moyens de transports

 

To do

Ryanair billets 80 euros A/R pour 2

Forints. 1 Euros = 362 forints. Penser à appeler la banque pour les frais (Ou carte N26)

Carte 10 trajets = 10 Euros (ne comprend pas le trajet depuis/vers l’aéroport)

Télécharger la checklist pour ne rien oublier + prendre son maillot!

Pour dormir : Airbnb à Astoria 

Où dormir à Budapest ?

Après avoir épluché les Airbnb et les hôtels, on est tombé sur une vraie pépite! Le prix des nuits à Budapest n’est vraiment pas élevé comparé à ce à quoi on peut s’attendre dans d’autres capitales européennes. Néanmoins, partant avec ma mamie, j’avais à coeur de trouver un endroit confortable et bien placer pour faciliter les déplacements et pour qu’elle soit le plus à l’aise possible. J’ai alors trouvé un Airbnb à 180 euros pour 3 nuits à 2, en plein centre, ce qui semblait être un super plan. Mise à part les deux étages à monter, je crois que j’ai réussi mon pari ! L’appartement était grandiose. Au pied du métro (et tram, et bus!) d’Astoria, au coeur de la ville, il était idéalement placé. 

A notre arrivée notre hôte Csaba s’est montré plus que sympathique : il a passé du temps à nous conseiller sur les choses à voir dans la ville (en anglais) et comment se déplacer. Il avait même mis du champagne au frais pour notre venue. L’appartement était on ne peut mieux équipé, tout ce dont on pouvait avoir besoin était là. 

La déco était top aussi, le lit super confortable… Je ne peux qu’en faire des éloges tellement nous y avons été bien, et on y retournera avec joie! Si ça vous intéresse, il s’agissait de cet appartement sur Airbnb

C'est quoi les forints ?

Bien que la Hongrie fasse partie de l’union européenne, la monnaie utilisée n’est pas l’euro! Vous payez alors en forint. A l’heure de l’écriture de cet article, 1 forint = 0,28 euros et 1 euros = 362 forints. On a l’impression d’être riche avec tout cet argent (les billets de 1000 forints sont monnaie courante et sont équivalent à moins de 3 euros! 

Si vous voulez changer de la monnaie vous pouvez le faire avant votre départ, en France, auprès de la banque de France. Il est aussi possible de le faire à l’arrivée en Hongrie à l’aéroport mais faites attention au taux de change. Sinon, vous pouvez simplement retirer dans un distributeur avec votre carte bleue habituelle, le taux de change en vigueur s’appliquera de fait. Pour payer lors de votre séjour, vous pouvez donc utiliser la monnaie locale mais vous pouvez aussi vous servir de votre carte bleue française.

 Néanmoins, que cela soit pour les retraits ou les paiements, n’oubliez pas de contacter votre banque avant le départ pour connaitre le montant des frais relatifs à ces transactions!

De notre côté, nous avons l’habitude depuis quelques temps avec Jérémy d’utiliser la carte « N26 ». Aucune publicité ici pour cette banque, nous nous en servons simplement pour les voyages car elle est acceptée partout, vous pouvez payer dans toutes les monnaies, retirer aussi, et il n’y a aucun frais! Nous utilisons la N26 depuis longtemps mais c’est l’équivalent de cette carte que nous avons. Au delà de l’absence de frais, ce qui est aussi intéressant c’est que dès que vous payez, vous avez une notification sur votre téléphone vous indiquant le règlement, en monnaie locale et en euros pour mieux vous rendre compte. Vous pouvez aussi changer le code de carte à votre guise, la bloquer pour un temps limité…. c’est super souple!

 

Jour 1 - Première soirée

  • Croisière sur le Danube
  • Découverte de la ville de nuit
  • Hummus bar : une super chaîne présente dans la ville
  • Karavan : pour la street food
  • Szimpla Kert : pour boire un coup dans le bar le plus fou que vous n’ayez jamais vu

Après avoir déposé nos bagages dans le Airbnb, nous avons décidé d’arpenter les rues de Budapest pour découvrir la ville de nuit. Mamie avait repéré une croisière à faire le long du Danube pour bénéficier d’un point de vue bien spécial sur la ville, au fils de l’eau. L’arrivée au point de départ de la croisière a été un peu compliquée car c’est assez mal expliqué sur le site, mais nous sommes tombées sur un groupes de femmes supers sympa dont une parlait français! Elles nous ont sacrément aidé! Le point de rencontre est ici, mais le GPS vous laisse au parc juste en face, il faut en fait descendre sous la ligne de tram pour accéder au départ des croisières. Attention, il y a plusieurs bateaux qui proposent ce type de croisière, et en majorité le soir c’est avec le diner, ce qui augmente considérablement le coût.

.Nous avons choisi cette croisière, « legenda city cruises », ils proposent des balades de jour et de nuit, ainsi que des diners croisières. Pour 19 euros (15 pour les étudiants) vous passez 1h dans un bateau tout vitré à découvrir la ville parée de ses lumières. Un audioguide en français vous explique l’histoire de Budapest ainsi que les bâtiments incontournables. Une boisson est comprise dans le prix, on a donc commencé notre séjour par une petite coupe de champagne sur le Danube à s’émerveiller devant la ville éclairée, il y a pire! On a trouvé super intéressant de débuter le séjour ainsi. Au delà du super moment passé, c’est une bonne solution pour se rendre compte des distance, découvrir la ville autrement et préparer son séjour ensuite, compte tenu des incontournables.

On est ensuite passé dans le bar le plus déjanté de la ville (et du monde??) : le Szimpla Kert. Boire une bière dans une baignoire (sans être déjà bourré hein…), se perdre complètement dans cette déco loufoque, bienvenue! C’est LE Ruin bar à ne pas manquer.  C’est un lieu assez unique ne serait ce que par l’ambiance qui s’en dégage. Bar le jour, mais marché le dimanche matin ! Nous n’avons pas pu assister à cette transformation mais ça doit valoir le coup. 

Les Ruins Bar sont vraiment typiques de Budapest. Alors que certains immeubles étaient laissés à l’abandon, des bars éphémères s’y sont logés pour abriter des artistes et musiciens peu connus. Depuis, c’est resté ! Tout se concentre dans le 7ième arrondissement, près de la Synagogue. C’est à ne pas manquer! Faites défiler les photos juste au dessus pour avoir une petit idée de ce qui vous y attend!

Juste à côté, si vous voulez manger un peu (ou éponger, ça c’est à vous de voir!) vous trouverez Karavan. Comme une petite guinguette, on mange sur le pouce les spécialités de street food hongroises mais vous y trouverez aussi des alternatives végétales notamment avec Las Vegan’s.

De notre côté, on a privilégié le fait de manger à l’intérieur pour se réchauffer un peu, et on a jeté notre dévolu sur le Hummus bar juste au coin de la rue. C’est une chaîne que vous retrouverez un peu partout dans la ville, et on s’est régalées! C’était très copieux mais super bon. Une belle assiette de houmous et falafels, trop bon! 

D’ailleurs ! N’ayez crainte, tout le monde parle super bien anglais, vous arriverez largement à vous faire comprendre.

Jour 2 - Le Parlement

  • Visite du Parlement
  • Basilique Saint Etienne de Pest 
  • Rue Andrassy Ut
  • Place des héros
  • Thermes de Széchenyi
  •  Ket Szerecsen: un bistrot traditionnel mais dans lequel on trouve des options VG /SG
  • Manger des Kurtos : brioches à la cannelle
Alors là, on a frappé fort! Débuter  la journée avec la visite du parlement c’est en avoir plein les yeux dès le réveil. Déjà, on était pas peu fières d’envoyer aux toulousains le ciel bleu de Budapest pendant qu’eux étaient sous la pluie, donc la journée commencée bien. Avant de partir, on avait réservé notre visite du Parlement car on ne voulait pas la rater. Il y a des horaires pour les visites suivant la langue, pour le français c’est habituellement à 11h et 14h, mais il y avait là une autre visite à 9h.  Pensez à arriver un peu avant car il faut passer un contrôle, prenez vos papiers d’identité ainsi que votre certificat Covid et bien entendu n’apportez pas d’objet qui serait interdit dans un avion par exemple (couteau…). Attention d’ailleurs, il faut avoir imprimé les billets car sinon vous devrez faire la queue au guichet pour les avoir au format papier.  L’entrée du parlement est tout au fond de l’esplanade, il vous faut longer le bâtiment pour y arriver depuis la sortie du métro. Ensuite, à l’heure de la visite, il vous est remis un écouteur pour pouvoir entendre plus facilement le guide. Le notre était très sympa et a rendu la visite interactive, il avait beaucoup d’humour!  Si l’extérieur nous avait déjà impressionné la veille de nuit, le bâtiment de jour est tout aussi hallucinant ! Il est absolument immense. Il borde d’ailleurs le fleuve sur 270 mètres!

Et alors l’intérieur… Eblouissant ! Les mots ne suffiront pas à vous le décrire, ni les photos, il vous fait le vivre. Nous ne visitons pas les 691 salles mais nous étions déjà ébahies devant la richesses des salles que nous pouvions voir. La visite débute avec l’escalier l’honneur et ses plafonds d’or, pour arriver ensuite, au fils des couloirs, vers la salle de la Couronne. Les photos sont alors interdites, il faut venir pour découvrir ce trésor. On découvre aussi la chambre parlementaire où se réunissent les élus, comme le disait notre guide, on peut se demander comment ils arrivent à se concentrer dans une pièce si belle (« lorsqu’ils sont là » avait-il ajouté!). 

Le guide nous quitte après 1h de visite pour nous laisser déambuler devant les vidéos et panneaux explicatifs reprenant par exemple l’histoire de l’étoile rouge qui dominait le Parlement sous l’ère communiste, la construction du bâtiment ou encore la manière dont est conserver quotidiennement un tel édifice. 

S’il y a bien une visite à ne pas manquer à Budapest, c’est celle ci, comptez environ 10 euros pour la visite. Pensez à réserver!

Depuis le parlement, on s’est ensuite dirigées vers la Basilique Saint-Etienne de Pest. L’intérieur de la Basilique est un peu… lourd disons! On dirait plus un palais qu’une Eglise, mais cela peut plaire. En même temps, c’est le plus grand édifice religieux du pays, on comprend mieux que cela soit si colossal. 

Ce qui nous a le plus plu se trouve en haut, il est possible de grimper aux abords du Dôme pour admirer une vue à 360° sur la ville. 302 marches ou un ascenseur, le tout pour 3 euros. La vue est vraiment dingue, on ne voit cependant pas le Danube, mais on aperçoit le parlement ! Arrivez vous à le voir sur la photo en dessous? 

Nous voilà parties en balades, on regagne la Place de la Liberté avec le Monument aux héros soviétiques libérateurs de la Hongrie. Autour de la place, on retrouve l’ancienne Bourse de Budapest, la banque nationale de Hongrie qui reprend les scènes de travail et du commerce d’antan,  ainsi que la poste, reconnaissable par son toit vert! On rejoint ensuite Andrassy Ut, la grande avenue de la capitale, classée au patrimoine mondiale de l’Unesco. 

On remonte toute la rue en direction de la place des Héros, mais avant, un arrêt s’impose pour déjeuner. Nous voilà à Ket Szerecsen, et on a encore eu de la chance: le bistrot est plein et le serveur fait un peu la mou quand on lui indique que nous n’avons pas réservé. Par chance, après quelques minutes d’attentes, une place se libère, et pas des moindres, on déjeunera dans une petite alcôve toute mimi!  Un bistrot où les habitués semblent nombreux. On y mange de bons plats tradi, mais on peut aussi se régaler avec une cuisine plus végétale et/ou sans gluten. Une super adresse!

On a fait le plein de forces, pour continuer de remonter cette immense avenue dont l’architecture nous étonne de bâtisses en bâtisses. Un coup on se penserait à Paris avec les immeubles Haussmanniens, un coup à presque à Biarritz, puis voilà qu’un immeuble va nous rappeler Barcelone ! 

Arrivées sur la place des Héros, on est cernées par le musée des Beaux arts et le palais des arts. Si nous n’avions pas prévu de visiter ces musées, une expo sur Cézanne va nous faire changer d’avis! La majorité des musées de la ville sont à moitié prix pour les étudiants et les séniors, et gratuits pour les plus de 70 ans, on formait alors une super équipe de choc pour aller au musée à moindre coût! Je ne saurai pas vous parler de l’intérieur de ces édifices car nous n’avons fait que l’expo qui nous intéressée. 

Un petit tour dans le bois de la ville juste derrière la place des héros, un coup d’œil au château Vajdahunyad var, et nous voilà parties en direction des bains Széchenyi pour nous détendre après cette journée, je vous en parle juste après!

Caisse d’épargne de la Poste

Ket Szerecsen

Banque nationale de Hongrie

Musée des Beaux-arts

Andrassy Ut

Château Vajdahunyad Var

Moment détente de la journée et incontournable à Budapest : les bains! Surtout n’oubliez pas votre maillot dans votre valise, ce serait une terrible erreur, même en plein hiver! Pour notre première soirée à l’eau, on a choisi les Bains Széchenyi, les plus grand d’Europe avec leurs 21 bassins! Saunas, hammam, bains extérieurs… vous êtes prêts pour vous détendre? 

Aucune durée limite, vous pouvez y passer la journée si cela vous chante! Le cadre est superbe, mais le clou du spectacle est dehors. De jour comme de nuit, été comme hiver, c’est somptueux. Vous croiserez surement des joueurs d’échec dans l’eau, et vous pouvez même boire une bière ! D’ailleurs, certains soirs d’été les bassins extérieurs se transforment en club électro géant (je reviendrai peut être sans mamie pour ça). 

C’est super facile : à l’entrée on vous donne un bracelet qui vous permettra d’ouvrir et fermer votre cabine, vos affaires restent en sécurité à l’intérieur sans crainte.

Check List bains

  •  Avoir son maillot (logique).
  • Le bonnet est obligatoire seulement pour les bassins de nage.
  • Tong obligatoires (ou en vente à l’entrée, il y en avait à disposition dans notre Airbnb sinon).
  • Vous pouvez embarquer votre portable/ CB pour prendre un coup à boire mais il n’y a pas trop d’endroit sécuriser pour les poser ensuite aux alentours des bassins. 
  • Penser à demander l’entrée « avec cabine », sinon vous n’avez accès qu’à un casier (pour se changer c’est moins pratique)

Jour 3 - La Synagogue

  • Synagogue
  • Musée de la Hongrie
  • New York café 
  • Bibliothèque métropolitaine
  • Les halles centrales
  • Bains Gellert
  • New York Café : pour le cadre sublime!
  • Vega city : une cantine vegan
  • Byblos : super restau libanais au centre ville

On s’est presque habituée à commencer nos journées en beauté. Alors pour ce 3ième jour, nous voilà parties prendre le petit déjeuner au New York Café. En entrant, on se demande si c’est un théâtre ou un opéra, mais on ne parierait pas sur un café restaurant. Les serveurs en costumes, les lustres, les dorures, les grands plafonds hauts, le pianiste… encore une fois en entrant ici on a fait « whaou »! On a dégusté notre petit dej’ avec « la lettre à Elise » au piano, puis la musique de la Belle et la Bête, un vrai moment suspendu. 

Un seul petit dej’ pour deux suffit, c’est très copieux! On a choisi un italien, avec un assortiment de pâtisseries et une salade de fruits, ainsi qu’un café chacune et un jus pressé. Comptez moins de 30 euros pour le tout à deux, ce qui ne semble pas tellement excessif compte tenu du cadre. Ne serait ce que pour un café, n’hésitez pas à pousser la porte de cet endroit idyllique.  

On a traversé le quartier juif pour visiter ensuite la Grande Synagogue. Découvrez la plus grande synagogue d’Europe, et la deuxième plus grande du monde après celle de New York! Des visites en français sont proposées sans surcoût sur le billet d’entrée. Il est possible de réserver ses billets sur internet, sinon il y a un peu d’attente devant. 

Si on n’a pas l’habitude de visiter ce type d’édifice, on se rendait bien compte dès notre entrée que quelque chose était étrange ici. Et bien oui ! Voilà un mélange de tradition chrétienne et mauresque. Visiblement, le souhait lors de la construction était que la synagogue « ressemble à une église » pour mieux se faire accepter. On retrouve alors un « chœur » avec la Bima (alors que sa place habituelle est au centre), les bancs dans la même position que dans les églises, 3 nefs, deux chaires sur les coté, et même un orgue! La visite avec le guide est très intéressante, il met l’accent sur la construction de l’édifice ainsi que sur l’histoire… qu’on ne retrouvera pas dans le Musée national de Hongrie qu’on a visité ensuite. 

A l’extérieur, retrouvez le cimetière juif (comme à Prague, alors que normalement il est rare de trouver un cimetière aux abords d’une synagogue). Dans la cour arrière, on admire l’œuvre d’un artiste hongrois, Imre Varga, nommé « Le saule pleureur », dédié aux 600 000 juifs hongrois victimes du nazisme. On retrouve ave émotion les noms gravés sur les feuilles de cet arbres plein de poésie. Lors de notre séjour, il y avait aussi une exposition photos au sous sol sur l’histoire et la place des juifs à Budapest et plus largement en Hongrie au fils des années.

 Attention : la synagogue est fermée le vendredi après midi, le samedi ainsi que les jours de fêtes juives. C’est une très belle visite à Budapest, elle nous a beaucoup émue. 

Après la synagogue, on s’est dirigées vers le Musée national de Hongrie. Il faisait parti des musées qui étaient gratuits pour ma mamie et peu cher pour moi, et le guide du routard l’indiquait comme une visite indispensable pour comprendre l’histoire du pays. On a trouvé la visite un peu dure car les explications n’étaient qu’en anglais et rapides. On s’est surtout servies des petites explications du routard. Le musée est immense, il y a un sous sol et deux étages! De notre coté, on a choisi de se concentrer sur la période depuis la guerre d’indépendance jusqu’à nos jours. La salle qui nous a le plus marquée est celle de la période communiste, on y retrouve notamment de nombreuses affiches d’époque très évocatrices. 

Un petit ravitaillement chez Vega City, une vraie cantine Vegan : le paradis! Puis nous voilà parties pour une balade vers la bibliothèque métropolitaine, dont l’intérieur était malheureusement fermé lors de notre séjour.

 On arrive ensuite au grand marché couvert, aux halles de la ville. C’est immense! Le rez-de-chaussée est consacré à la viande et aux légumes, le sous sol au poisson et on retrouve à l’étage les vêtements et les boutiques de souvenirs. On a déambulé entre les bouquets de paprika et les salamis, avant de monter faires nos achats de touristes et choisir nos cartes postales à envoyer.

Musée National de Hongrie

Grand marché

Bouquet de paprika

Puis pour finir la journée, pourquoi ne pas tester d’autres bains? On traverse le superbe pont de la liberté pour arriver aux bains Gellert, ce sont les plus connus de la ville. Ceux là aussi sont ouverts indifféremment aux hommes et aux femmes, les bains Rudas sont pour leur part ouverts aux femmes que le mardi et mixtes le week end. L’intérieur des bains Gellert est superbe ! Attention cependant, l’image que l’on voit partout est en fait un bassin de nage, si vous voulez vous y tremper, n’oubliez pas votre bonnet! On s’y perd assez vite, mais finalement on se retrouve, sinon n’hésitez pas à demander, tout le monde parle super bien anglais. 

Comme pour les autres bains, les tongs sont obligatoires et il est aussi possible de prendre une cabine. Néanmoins ici, à la caisse la dame nous a gentiment conseillé de privilégier le simple casier (le prix est moindre) car des cabines libres sont disponibles. Sinon le principe est le meme : un bracelet à l’entrée qui vous permet d’ouvrir et fermer votre casier, super facile.

Pour cette dernière soirée à Budapest, on était quand même bien KO après cette journée et les bains. On cherchait un restau sympa vers l’appartement, et on a trouvé une super adresse chez Byblos. Manger Libanais en Hongrie, check ! Blague à part, l’extérieur de ce restau nous a plu, mais on s’est retrouvées bêtes quand le serveur a fait la mou lorsqu’on a dit que nous n’avions pas réservé (note : pour les bons restaux à Budapest, il faut réserver!). Très gentil, il nous a proposé de nous installer dehors et malgré le froid, nous avons accepté avec plaisir. Il a presque semblé surpris qu’on dise oui ! Mais nous voilà accueillies aux petits soins : le chauffage, les bougies, le plaid, on était vraiment chouchoutées ! Et on s’est bien régalées, la cuisine était délicieuse. 

On est rentrées dans notre Airbnb pour préparer notre sac, passer notre dernière nuit et bien se reposer pour attaquer notre dernière journée!

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Jour 4 - Le côté de Buda

  • Bastion des pêcheurs
  • Eglise Mathias
  • Château de Buda
  • Pâtisserie Gerbeaud : pour le cadre et les pâtisseries

Nous y voilà, notre dernière journée à Budapest. On quitte notre Airbnb avec un peu d’émotion, on y était vraiment bien. On récupère le métro juste en bas de l’appartement pour traverser la ville et arriver du coté de Buda, après avoir passé tout notre séjour côté Pest. Vous non plus vous ne saviez pas que Budapest était la réunion de ces deux villes? Nous non plus jusqu’ici !

Il est normalement possible de monter au Château par le funiculaire de Buda, mais il était fermé lors de notre venue. Aussi, le fameux Pont des Chaînes est en travaux en ce moment, on ne peut donc pas le traverser, mais on le voit quand même un peu! On a pris un bus de substitution pour grimper, sinon vous pouvez vous y frotter à pieds. 

Tout le quartier du Château est classé, il s’en dégage une atmosphère vraiment différente ici que côté Pest. On attaque notre balade par le Bastion des Pêcheurs. Même hors saison, venez tôt, dès 10h c’est la cohue! La vue sur la ville est superbe, notamment sur le Parlement et le pont des Chaînes. On avait en plus la chance d’un temps encore très dégagé, nous offrant un point de vue mémorable. L’édifice en lui même est splendide aussi, c’est un arrêt obligatoire

Ne ratez pas non plus l’église Mathias, elle est superbe! On ne voit pas souvent d’église si colorée, et on peut même monter près de l’orgue. Les couleurs sont exceptionnelle, c’est époustouflant. Dès que nous sommes entrées, un concert d’orgue a débuté, on a eu trop de chance!

On a traversé la colline pour se rapprocher du Château et visiter la Galerie Nationale hongroise. Le bâtiment est immense et superbe, on peut même monter sur la coupole pour profiter d’une vue imprenable sur la ville. 

On a découvert au 3ième étage une documentation photographique soulignée par le Routard, reprenant un concours de sculpture de 1949 durant lequel les artistes devaient représenter Staline. Intéressant pour constater leur position sur le nouvel ordre politique. 

Nous voilà reparties vers le centre pour commencer à se rapprocher de l’arrêt de bus qui nous ramènera à l’aéroport, mais avant de quitter Budapest on se régale à la pâtisserie Gerbeaud. Véritable institution de la ville, elle régale les habitants depuis 1858. Les salons sont superbes, et les plats délicieux et raffinés. On peut aussi y manger salés, mais gardez de la place pour le dessert! 

Nous voilà rentrées à Toulouse, si Budapest n’était pas initialement sur nos listes de destinations, on aura été surprises! Si vous hésitiez à vous laisser tenter, foncez!

budapest

Galerie Nationale

Pâtisserie Gerbeaud 

Bien garder une place pour le dessert ! Merci mamie pour ce voyage!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos derniers articles

2023 - Joyeux Voyageurs - Blog voyage - All Rights Reserved